• Post category:Recherches
  • Reading time:7 min(s) read

La Sagesse de la Nature

La sagesse de la Nature est issue de l’interaction entre l’homme et la Nature, et entre la compréhension que l’Homme peut avoir du Divin à travers la Nature. 
Lorsque les Dieux ont été créés par la Source, ils ont chacun reçu une attribution particulière, au même titre que les plantes et les animaux qui sont sur la Terre. Chacun possède une particule divine en eux, une fraction d’une qualité particulière qui fait que lorsque l’on peut la comprendre, on obtient l’information qui y est rattaché. Par exemple, lorsqu’on voit un corbeau voler, on pense souvent que c’est issu d’un mauvais présage et ce mauvais présage est une projection du futur d’une situation actuelle, ce qui veut dire que l’animal est utilisé pour apporter une information à celui qui le regarde.
C’est le principe de la Sagesse de la Nature : apporter des informations à travers la Nature pour celui qui sait regarder. Ces informations vont toujours dans le sens de la progression de l’observateur, de sa compréhension, de sa situation, de l’endroit dans lequel il se situe, ainsi que de sa compréhension de l’Univers.
Lorsque les gens n’avaient pas cette compréhension-là, ils faisaient appel aux Dieux, c’est la raison pour laquelle la fraction d’âme intégrée dans les Dieux est beaucoup plus complète, car elle permet de fournir à l’Homme une meilleure compréhension. Pour cette raison les Dieux ont une partie plus importante de la Connaissance du Créateur et de la Sagesse qui lui est rattachée. 
Concrètement, la Sagesse de la Nature, c’est un ensemble d’informations que l’Homme ne peut pas créer. Ce sont des informations qui ne viennent pas du mental, mais qui sont apportées et par les Dieux et par le Créateur, à l’être humain, par le biais de la Nature. Ces informations-là ne sont pas issues d’une mentalisation, mais d’une pensée externe à l’Homme, qu’il intègre, mais qui ne lui appartient pas. Cette pensée permet d’agir au niveau du mental afin de changer la façon de voir les choses. C’est comme si la globalité du savoir était une sphère et que petit à petit, on apportait, par l’extérieur, des éléments pour constituer cette sphère et que l’humain n’a que les premiers éléments qui permettent de maintenir la sphère en équilibre. La sphère est donc maintenue en équilibre par les pensées propres de l’Humain, mais il faut la remplir de toutes les informations contenues dans la Nature pour augmenter en Connaissance et donc en Sagesse.
Le principe de l’unité se fait à travers la sphère et à travers la justesse, car lorsqu’on est au centre de la sphère, l’information est accessible de la même façon depuis le centre, c’est-à-dire avec le même effort. Le fait d’être au centre de la sphère permet d’avoir la globalité de la totalité des informations d’un seul coup. La Sagesse est infinie, car en définitive, on baigne dans de l’information qui est accessible et parle à l’Homme à tous les niveaux. 
Voici la Sagesse, ce n’est pas une construction mentale, mais un Tout, c’est tout le volume de la circonférence de la sphère. 

Plus on interprète, plus on conceptualise et plus on déforme l’information initiale. Pour reprendre l’exemple de la sphère, l’information s’intègre alors mal à l’intérieur et elle ne peut pas la compléter avec les autres informations : il n’y a plus ni d’harmonie, ni d’unité. C’est comme de vouloir intégrer à un puzzle une pièce qui aurait été rabotée pour rentrer à la mauvaise place.
En utilisant cette sagesse et en ayant l’information de cette compréhension-là, alors l’environnement devient la sphère et l’on devient le centre de ce monde qui n’est pas crée selon soi, mais selon les lois de l’harmonie et de l’équilibre. Cela permet de régir une compréhension qui élève plus facilement.
La sagesse de la Nature est la base de la base. Cela est à la fois simple et compliqué, mais cela forme un tout. Lorsque l’on prend la pleine mesure de tout cela, il n’y a plus de peurs, car l’on sait que tout est déjà inscrit, écrit. Il n’y a plus de notions d’incompréhension, puisque à la question que l’on se pose, la nature y répond déjà, et dès fois même, lorsqu’on a acquit un certain niveau de sagesse, la réponse apparaît même avant la question. Alors il n’y a plus de questions à avoir, on est ainsi dans une sorte d’éveil qui permet d’avoir une réponse beaucoup plus rapide et cela engendre une grande stabilité.

Une sagesse qui est à la fois la base et la finalité.

Ce qu’il faut retenir, c’est que cette sagesse de la Nature est une sagesse qui est à la fois la base et la finalité, c’est-à-dire que si la compréhension est aboutie à travers cette sagesse, toutes les autres sagesses peuvent être interprétées sous cette forme-ci. Le seul paramètre qui change est la façon de présenter la sagesse, comme à travers la notion de Bouddhisme, de Soufisme ou d’autres courant philosophique ou courant de Sagesse. Ces courants apportent un schéma, un moyen d’accéder à la Sagesse. Le plus important dans ce mécanisme est que lorsqu’on obtient des réponses avant même d’avoir posé la question, alors on a l’impression que Dieu nous parle, et en définitive cela est bien le cas, mais il s’agit plus d’une mise en résonance entre l’Humain et la Nature qui installe une harmonie puis un échange permanent. Alors, il n’y a plus de notion de besoin ou de manque.

La Sagesse des Vikings, qui reposait principalement sur la sagesse de la Nature, n’avait pas de filtre, pas d’interprétation, car la réponse apparaissait directement. Pour cette raison, ils apparaissaient comme rustres, ils ne s’encombraient pas de mentalisations, car ils savaient interpréter les signes de la Nature avec justesse.
Pour les personnes qui avaient plus de difficultés à accéder à l’harmonie envers eux même et leur environnement, il y avait les runes. Les runes fournissaient un filtre nécessaire à leur compréhension. Au premier niveau, les runes sont des signes et des symboles que l’on interprète et comme tous les éléments et le contexte de Gaïa étaient intégrés dans ces symboles, cela permettait de recevoir les bonnes réponses aux questions. 
Le deuxième niveau de la rune est celui de la magie, puisque certains signes, lorsque ils sont associés, engendre un signal particulier qui agit sur un point focal, tel des coordonnées de réponses puisées dans l’information globale. Cela permettait, à ce peuple très ancré, de voyager en conscience et de s’élever.

Cette Sagesse de la Nature est associée à l’intuition, donc développer son intuition, c’est développer une sorte de sagesse qui permet d’accéder à la Sagesse Ultime, puisqu’une part de l’intuition est présente dans ces fameuses réponses qui sont apportées sans que l’on se soit posé de questions. D’où l’intérêt de travailler sur son mental pour que les intuitions soient plus pures, justes et rapides. 
Comment être sûr de bien interpréter les signes de la Nature ? Ne pas les interpréter, mais les ressentir. 

“Comprenez juste le Vent, comprenez juste le Ciel, comprenez juste le Soleil, comprenez juste la Nature : ce sont vos maîtres. Lorsque vous l’aurez compris, vous deviendrez un Maître.” Frigg.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Élixirs de Sagesse

"Il est naturel de suivre son chemin de vie, c'est la raison pour laquelle ce site existe." Une sagesse | Les informations offertes sur ce site vous sont proposées par l’intermédiaire d'Elise et Serge.

Laisser un commentaire