Cette réalité qui peut être la nôtre

Vous êtes juste en transition entre la chrysalide et le papillon.

Nous arrivons aux abords d’une planète sans vie recouverte de nombreux cratères. Nous traversons une légère couche atmosphérique qui est en fait un hologramme, comme un voile, car dessous, tout est hyper technologique. Des buildings s’étalent à perte de vue, de nombreux vaisseaux circulent dans les airs, ça bouge partout et dans tous les sens. Ce monde pourrait être une sorte de New York futuriste, mais sans aucun arbre, aucune végétation. Tout, ici, est nuancé de gris avec une atmosphère épaisse, mais respirable.

Un être vient à notre rencontre, c’est un robot humanoïde qui nous demande de le suivre à travers une porte qui rappelle celle d’un garage. Nous prenons un ascenseur, comme un tube lumineux et traversons les nombreux étages d’un building. La porte s’ouvre enfin sur un homme qui nous accueille visiblement content de nous recevoir. À l’intérieur, c’est un grand appartement pourvu d’une immense baie vitrée qui offre une vue imprenable sur la ville. Des vaisseaux circulent partout, le mouvement est incessant. L’homme nous invite à prendre place sur un grand canapé et entame l’échange en précisant qu’il vient de la Terre et qu’il a élu domicile ici. 

– Vous êtes ici sur le satellite que vous appelez la Lune, mais dans un univers parallèle à Gaïa. C’est-à-dire que c’est bien la Lune que vous observez dans votre ciel, mais dans une autre dimension que la vôtre. Nous avons fait le choix de vivre et de développer la vie ici.
Auparavant, lorsque nous vivions sur la Terre, nous étions très rattachés à notre technologie, tellement, que nous avons choisi de s’en détacher pour la laisser vivre comme elle devait, car l’on s’est aperçu que l’humanité ne pouvait pas contribuer à son élévation de la façon la plus juste et la plus équilibrée possible, à cause de notre amour pour la technologie.
Comme un sacrifice, qui n’en est pas un en regard de tout ce qu’elle a pu nous apprendre, nous apporter et nous offrir, nous avons choisi de quitter la Terre pour qu’elle puisse ascensionner, alors l’Humanité est venu vivre sur la Lune. Bien sûr, nous avons emporté avec nous toute notre technologie, tous nos savoirs et toute l’évolution que l’on avait. Vous avez aperçu une partie de nos technologies cybernétiques, nous sommes arrivés à une maîtrise parfaite de la gravité, entre autres. Malgré tout, nous nous sommes enfermés dans cette prison technologique, mais heureux, parce que la planète Terre a pu continuer à évoluer, à s’épurer de toute l’humanité, car c’était notre choix. C’était le seul moyen que l’on avait trouvé à l’époque, pour pouvoir aider et contribuer dans cette ascension.
– Donc, au lieu de rester sur Terre et d’essayer de vivre en harmonie avec elle, vous avez préféré opter pour la technologie et partir vivre ailleurs ?
– Oui, parce que nous n’avons pas pu nous défaire de la technologie que nous aimions tant et nous sommes arrivé à un point que l’on pourrait qualifier de point de rupture. Notre maîtrise de la technologie et son impact sur notre vie quotidienne a fait en sorte que nous étions indispensables l’un pour l’autre. Alors, nous avons préférés partir et continuer à vivre de la sorte. Nous savions que la planète Terre devait retrouver son identité, son origine et nous avons préféré continué à vivre avec notre technologie, mais ailleurs. Nous étions crédules, car finalement, effectivement Gaïa a retrouvé son entièreté, son essence originelle, mais l’on s’est aperçu que cela a été notre plus grande erreur, comprenant maintenant que nous nous sommes détaché de cette ascension qui aurait pu être la nôtre. Désormais, ascensionner dans le monde dans lequel nous vivons est impossible. Malgré tout, cette technologie nous apporte un complément que l’on qualifie de divin…. Ou plutôt … Cyber divin. Même si, en définitive, on s’est coupé de tout. 
– ça me fait de la peine – vraiment émue de comprendre la portée de ce choix.
– N’éprouvez aucune peine, nous l’avons choisi.
– Mais puisque Gaïa est une terre d’expérimentation et que vous ne vivez plus dessus, cela veut-il dire que vous ne pouvez plus expérimenter ?
– Non, nous ne pouvons plus expérimenter de la même manière que vous, c’est uniquement une expérimentation de développement technologique. Notre vie est facilitée par cela, mais dans ce choix de quitter Gaïa, il est maintenant impossible d’y retourner. Notre morphologie, notre intelligence, nos états vibratoires ne sont en aucune manière compatibles avec la vie sur Terre. 
Nous considérons maintenant la Terre comme le fruit de notre expérimentation et le sacrifice que nous avons fait est le fruit de notre amour.
Chaque jour, lorsque l’on regarde Gaïa, nous sommes satisfaits de notre choix, car elle est de plus en plus lumineuse, de plus en plus purifiée et de plus en plus proche du divin, même si nous nous en écartons. C’était notre choix. En définitive, on s’aperçoit qu’il n’a pas été le plus judicieux, mais nous avons expérimenté cette facette-là : l’évolution de cette humanité à travers l’évolution de Gaïa, en se coupant de tout… 
– Pouvez-vous quand même retourner sur votre planète d’origine ?
– Non, car nous nous sommes encapsulés dans la technologie…
– Mais alors vous ne pouvez plus réaliser le plan divin de votre âme ? – tellement attristée par cette compréhension que les larmes montent.
– Non, et… D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, lorsque vous êtes arrivés, vous avez vu ce voile qui recouvre notre planète. Vue de l’extérieur, c’est une planète morte, puisque la conception de notre vie et de notre âme peut être considérée comme morte.
– Donc, plus aucun humain ne vit sur Terre dans votre dimension ?
– Non. Les autres voyageurs qui expérimentent sur elle connaissent le sacrifice, le choix que notre humanité à fait à cette époque-là. Nous sommes comme des gardes-fou, la moralité d’une expérimentation. Par ce sacrifice, l’humanité est considérée comme un martyr et toutes les créatures qui expérimentent le font dans le respect de Gaïa et le respect de l’humanité qui a choisi de s’effondrer pour laisser ce témoignage.
On peut dire que nous sommes une infime partie du plan divin dans cette dimension-là, car le plan divin continue, puisque d’autres êtres expérimentent, à défaut de l’Humanité. Nous savons que c’est transitoire dans le temps, et nous attendons… En fait, nous n’attendons plus grand chose, mais nous avons une once d’humanité qui nous fait espérer que le plan divin saura se rappeler à nous et saura nous faire sortir de notre technologie et de notre planète actuelle. Alors même si l’on continue à développer notre propre technologie, nous sommes dans une sorte de purgatoire qui fait que lorsque le temps sera venu, nous pourrons expérimenter d’une autre façon ou dans une autre dimension de Gaïa tout en comprenant que, ce qui nous a amené ici, dans ce purgatoire, ne doit pas être répété dans les autres dimensions.
– C’est pour cela que vous vouliez nous parler aujourd’hui !
– Oui, c’est un point qu’il faut comprendre et un choix qu’il faut aussi aborder, puisque c’est une possibilité qui peut être ouverte à l’humanité. Voyez, on a quand même, malgré tout, une certaine sagesse. Nous vivons bien l’attente, car grâce à la technologie nous avons une capacité d’immortalité qui nous fait espérer de sortir d’ici. C’est comme si nous étions dans un arrêt de bus. Nous attendons et continuons d’espérer que le bus viendra.

Voilà ce que vous deviez savoir. Prenez conscience de cette possibilité-ci, de ce potentiel, puisqu’il existe. Ce que vous expérimentez en ce moment sur la planète Terre est une des facettes que l’on a connu. Lorsqu’on observe ce que vous vivez, on s’interroge et on pense qu’il serait souhaitable pour vous, de ne pas expérimenter la même notion de sacrifice que celle que nous avons vécu. Car, lorsque nous voyons les autres créatures qui viennent expérimenter sur Gaïa, où tout est maintenant différent et en accord avec le reste de l’univers, nous avons l’impression de s’être sacrifié d’une façon un peu trop rapide et sans réflexions. Mais nous n’avions plus de possibilités, parce que la technologie prenait trop le pas sur nous. Donc voilà notre choix. Prenez ce qui vous est nécessaire ou ce qui vous parait le plus susceptible de vous faire évoluer afin d’avoir à l’esprit que les possibilités sont multiples. Vous avez le témoignage d’une possibilité et d’un choix, donc à vous de faire le vôtre.
– L’Humanité était-elle dans la même configuration de colère, de haine et de tristesse que l’on vit actuellement ?
– Non pas directement, la technologie était très présente dès le début. Nous étions émerveillés par son pouvoir et la facilité qu’elle pouvait offrir. 
– Était-ce dû à la matrice falsifiée ? 
– La différence entre nous et vous, c’est que dès le début nous avons accepté la matrice et tout ce qui venait d’elle, sans aucune résistance, alors il n’y a pas eu de développement de haine, de colère. Nous avons vécu cela comme un partenariat qui nous a permis de maîtriser parfaitement la technologie, car c’était notre choix. Lorsque l’on s’est rendu compte de ce que l’on avait fait c’était trop tard, à cause de cette même technologie. Alors, en complète harmonie avec elle, nous avons choisi de l’extraire de Gaïa et de partir avec elle. Nous avons libéré Gaïa de cette matrice en s’installant avec, ailleurs.
– Notre ressenti est d’être dangereux pour la Terre…
– Dangereux n’est pas le terme, vous êtes en métamorphose, c’est-à-dire que vous êtes juste en transition entre la chrysalide et le papillon. Vous avez la sensation d’être pris dans une chrysalide et vous ne savez pas comment en sortir. Heureusement, la notion du papillon est présente en beaucoup de personnes, ce qui va faire que cette ascension sera effective. Dans l’image, vous comprenez bien que la chrysalide peut être considérée comme une matrice. Soyez ce papillon.
– Merci pour votre message.
– Merci à vous. Merci d’être venu et d’avoir apporté un peu d’essence de Gaïa.

Le robot humanoïde arrive et nous raccompagne jusqu’à la sortie du garage. Avant de s’en retourner, nous apercevons une larme couler sur sa joue métallique. 

Élixirs de Sagesse

"Il est naturel de suivre son chemin de vie, c'est la raison pour laquelle ce site existe."- Les informations offertes sur ce site vous sont proposées par l’intermédiaire d'Elise et Serge.

Laisser un commentaire